PARK (R. E.)


PARK (R. E.)
PARK (R. E.)

PARK ROBERT EZRA (1864-1944)

Si William I. Thomas doit être considéré comme le fondateur de l’école sociologique de Chicago, c’est Robert Park qui en devient la figure la plus marquante au cours des années 1920. Ce dernier n’entre pourtant à l’université de Chicago qu’à l’âge de quarante-neuf ans, après un parcours mouvementé. D’abord journaliste pendant une dizaine d’années, il est ensuite l’élève de William James à Harvard, puis de Georg Simmel à Berlin. De retour aux États-Unis, il prend une part active au débat sur les relations raciales et devient l’assistant du leader noir Booker Washington. Le problème des minorités ethniques demeurera l’un des thèmes majeurs de son œuvre sociologique, et sa vision du monde urbain porte la marque des multiples expériences qu’il a accumulées à la faveur de ses enquêtes-reportages.

Deux ans après son arrivée à l’université de Chicago, Park publie en 1915 son premier article (La Ville. Propositions de recherche sur le comportement humain en milieu urbain ). Ce texte célèbre définit les grandes orientations théoriques et le programme scientifique de ce qui deviendra très vite l’«école» de l’écologie humaine. «Laboratoire social» par excellence, la ville est pour Park l’objet d’étude privilégié du sociologue. En continuité plutôt qu’en rupture avec le travail du journaliste, les enquêtes ethnographiques doivent être multipliées pour en saisir l’infinie diversité. Simultanément, l’intelligence de ses principes d’organisation appelle une approche de type écologique, sur le modèle de l’écologie naturelle qui étudie les relations entre les différentes espèces animales et végétales présentes sur un même territoire. L’intention de Park est en effet de saisir dans toute leur complexité les rapports que les citadins entretiennent avec un milieu à la fois matériel et humain qu’ils ont eux-mêmes façonné, et qui se transforme en permanence.

Communauté humaine élargie qui se nourrit en permanence de nouveaux apports, la ville «est à l’homme civilisé ce que la maison est au paysan», selon le mot que Park reprend de Spengler. Elle doit être analysée à la fois comme un système d’individus et d’institutions en interdépendance, et comme un ordre spatial. Elle se compose d’une «mosaïque» de communautés et de groupes ayant chacun sa culture, son histoire et ses intérêts propres. Les citadins se distribuent dans l’espace de l’agglomération en fonction de processus de filtrage, de regroupement, de ségrégation, qui tout à la fois se fondent sur les diversités d’origines et d’appartenances, les réaménagent et produisent de nouvelles différenciations. La compétition économique pour l’espace produit ainsi des zones, des quartiers, des aires que Park qualifie parfois de «naturelles» dans la mesure où elles se forment et se transforment indépendamment de tout plan concerté d’aménagement urbain.

Les unités de voisinage peuvent servir de cadre à de nouvelles formes d’enracinement, même précaires, dans des territoires et des réseaux. Aussi le quartier peut-il être considéré dans certains cas comme un véritable milieu de vie, justiciable d’une analyse proprement écologique. Tel est notamment le cas des ghettos et, d’une façon plus générale, de tous les quartiers où une minorité ethnique ou religieuse préserve ses liens communautaires et son identité à la faveur de processus qui mettent en jeu simultanément la recherche du semblable et l’exclusion par autrui. Il en va de même, dans une certaine mesure, pour les secteurs résidentiels suburbains où l’agrégation de ménages aisés, l’aspiration à un même mode de vie et le développement d’un fort contrôle social local tendent à réactiver les appartenances héritées tout en produisant de nouvelles identités collectives.

Toutefois la ville n’est pas seulement une mosaïque de micromilieux et ne se réduit pas à la somme de ses quartiers. Elle est faite de tensions permanentes entre la mobilité et la fixation, entre le cosmopolitisme et l’enracinement local, entre la centralité et la vie de quartier. À la manière des espèces animales et végétales en situation de concurrence sur un même territoire, les espaces urbains et les communautés humaines qui les occupent se redéfinissent continuellement, selon des processus analogues à ceux identifiés par l’écologie naturelle (invasion, succession, symbiose, etc.). Seule une observation ethnographique des conduites et des mentalités permet de comprendre pleinement le sens de ces changements. Par exemple, les itinéraires résidentiels des immigrants sont la traduction spatiale du « cycle des relations raciales» qui, selon Park, conduit progressivement les nouveaux venus à l’assimilation. Tout en suscitant de nouvelles identités et de nouvelles appartenances, la grande ville tend à placer les relations sociales sous le signe de la mobilité, de la réserve et de la distance. Aussi Park accorde-t-il une attention particulière aux figures de l’étranger, de l’immigrant, de l’«homme marginal» (titre d’un article de 1923), qui lui servent d’analyseurs privilégiés pour une anthropologie du citadin.

Comme le devenir de la ville est scandé par les ruptures et les crises, sa compréhension passe aussi par l’étude de pathologies urbaines. Dans le prolongement des travaux de William Thomas, Park et ses collaborateurs ont ainsi été les pionniers d’une sociologie de la déviance qui occupe une place importante dans leurs études empiriques. Plus largement, ils ont ouvert la voie à une analyse interactionnelle des pratiques culturelles et des mentalités — autant qu’à une approche écologique qui se trouve aujourd’hui débarrassée des analogies contestables avec le monde animal ou végétal.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • park´er — park «pahrk», noun, verb. –n. 1. land set apart for the pleasure of the public: »Many cities have beautiful parks. Hyde Park is in London. A park may be only a tiny bit of green in a large city, with a few flowers, trees, and benches, or it may… …   Useful english dictionary

  • Park — (p[aum]rk), n. [AS. pearroc, or perh. rather fr. F. parc; both being of the same origin; cf. LL. parcus, parricus, Ir. & Gael. pairc, W. park, parwg. Cf. {Paddock} an inclosure, {Parrock}.] 1. (Eng. Law) A piece of ground inclosed, and stored… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Park — Park, v. t. [imp. & p. p. {Parked}; p. pr. & vb. n. {Parking}.] 1. To inclose in a park, or as in a park. [1913 Webster] How are we parked, and bounded in a pale. Shak. [1913 Webster] 2. (Mil.) To bring together in a park, or compact body; as, to …   The Collaborative International Dictionary of English

  • park — pȁrk m <N mn pàrkovi> DEFINICIJA 1. omeđeno, pošumljeno zemljište u gradu ili izvan grada s planski zasađenim drvoredima, cvijetnjacima itd., namijenjeno za odmor i rekreaciju 2. ukupni inventar vozila ili strojeva kojim raspolaže kakvo… …   Hrvatski jezični portal

  • park — [pärk] n. [ME parc < OFr < ML parricus < Iberian * parra > Sp parra, trellis, grape vine] 1. Eng. Law Historical an enclosed area of land, held by royal grant or prescription, stocked and preserved for hunting 2. an area of land… …   English World dictionary

  • Park — Park, Chung Hee Park, Robert E. * * * (as used in expressions) Central Park Park, Mungo Park, Robert E(zra) Phoenix Park, asesinatos de …   Enciclopedia Universal

  • Park — Sm std. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. parc unter zusätzlichem Einfluß von dem (ebenfalls aus diesem entlehnten) ne. park ( Grünanlage und Fahrzeugpark ). In der Bedeutung Gehege war das Wort schon früher entlehnt worden. Das… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Park — Park: Mlat. parricus »eingeschlossener Raum, Gehege«, das früh ins Westgerm. entlehnt wurde (vgl. das Lehnwort ↑ Pferch), erscheint im Frz. als parc »eingeschlossener Raum; Tiergehege«. Aus frz. parc stammen sowohl gleichbed. it. parco, span.… …   Das Herkunftswörterbuch

  • park — {{/stl 13}}{{stl 8}}rz. mnż IIa, D. u {{/stl 8}}{{stl 20}} {{/stl 20}}{{stl 12}}1. {{/stl 12}}{{stl 7}} duży ogród założony sztucznie lub z wykorzystaniem naturalnych warunków przyrodniczych, z alejkami i ścieżkami spacerowymi oraz z innymi… …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • Park — (Ираклион,Греция) Категория отеля: 2 звездочный отель Адрес: Evrou 19, Ираклион, 71303, Греция Оп …   Каталог отелей